Le forum des supporters du FC Mulhouse Foot


Coupe de France

Partagez

brice
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 305
Date d'inscription : 08/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/25  (0/25)
Clubs préfèrés:
Joueurs préfèrés:

Re: Coupe de France

Message par brice le Sam 3 Jan 2009 - 20:00

dunkerque mene1-0 a montpellier et raon eliminé au penalties contre grenoble
avatar
Zebra68
Admin
Admin

Nombre de messages : 24579
Age : 50
Localisation : Haut Rhin
Date d'inscription : 01/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
14/25  (14/25)
Clubs préfèrés: FCM , OM
Joueurs préfèrés: Payet,Brahmia,Oswald,Sommer, Kecha

Re: Coupe de France

Message par Zebra68 le Sam 3 Jan 2009 - 20:05

Après le bon match de Sainte Geneviève contre Lille hier soir , on se rend compte que les adversaires du FCM en CFA ne sont pas mauvais du tout ...


_________________

brice
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 305
Date d'inscription : 08/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/25  (0/25)
Clubs préfèrés:
Joueurs préfèrés:

Re: Coupe de France

Message par brice le Sam 3 Jan 2009 - 20:09

meme bon lol car c'est fini a montpellier sur le victoire de dunkerque il von avoir le vent en poupe eux samedi!!!a ns de les arretez
avatar
Zebra68
Admin
Admin

Nombre de messages : 24579
Age : 50
Localisation : Haut Rhin
Date d'inscription : 01/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
14/25  (14/25)
Clubs préfèrés: FCM , OM
Joueurs préfèrés: Payet,Brahmia,Oswald,Sommer, Kecha

Re: Coupe de France

Message par Zebra68 le Sam 3 Jan 2009 - 20:11

Ils vont fêter ça et seront fatigués samedi , lol (si le match n'est pas remis ...)


Dernière édition par Zebra68 le Sam 3 Jan 2009 - 21:09, édité 1 fois


_________________

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Sam 3 Jan 2009 - 20:32

lyon-concarneaux remis terrain gelé

atlençon - lorient tjrs 2-2 prolontion 2ème
il se dirige vers les tirs au but

tirs au but

lorient qualifié 3 à 2

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Dim 4 Jan 2009 - 9:43

Football
Football / Coupe de France (32es de finale) : Schirrhein élimine Clermont 4-2

Ils sont fabuleux !
Mené 0-2 après 37 minutes de jeu, le FCE Schirrhein a retourné la situation et mis quatre buts à un club de Ligue 2 qui lui rendait cinq divisions. Pour la première fois de l'histoire de la Coupe de France, un club de niveau départemental disputera un 1/16e de finale de la compétition. Fabuleux !
Ils ont couru dans tous les sens comme si la fatigue n'avait pas de prise sur eux. Ils ont gueulé, dansé et surtout pleuré sur cette pelouse de Haguenau qui, même gelée, a dû se réchauffer sous leurs godasses.

« Je m'excuse, je peux
plus parler. J'ai les
larmes qui me viennent »


Il y a là Mathieu Granmasson en pleurs, Guillaume Roth, Julien Berling ou Franck Rischmann et les autres, tous dans un « état de larmitude avancée » comme le dirait peut-être quelqu'un de célèbre.
Il sont là à saluer leurs supporters (5 500 venus braver le froid par leurs cris), à répondre à mille questions avec une seule réponse commune. « C'est de la folie, inimaginable. C'est magique. »
« C'est plus qu'incroyable. Je m'excuse, je peux plus parler. J'ai les larmes qui me viennent », parviendra à dire Guillaume Roth.
Ils sont tous dans cet état-là et il y a Hervé Sturm. Il aura beau s'en défendre, s'en outrer même, mais ce mec, c'est un faiseur de miracles. Sans trop vouloir faire de bruit, sans esbroufe, il a amené cette bande de joueurs (dans tous les sens du terme) à un niveau incroyable. Et il n'y pas de hasard.
« Je dis simplement merci à mes joueurs. Ils se sont hissés à un niveau incroyable. A la mi-temps, même menés, je leur avais demandé de rester en place. C'est ce qu'ils ont fait, expliquera l'entraîneur de Schirrhein avant de sourire. J'avais prévu tous les scénarios, mais pas celui-là. J'espérais tenir le 0-0 le plus longtemps possible et marquer sur un contre. Là... »

Et puis, tout d'un coup,
on n'a plus rien compris


Là, effectivement, les mots manquent. Même à nous. « A la pause, alors que nous étions un peu démoralisés, Hervé nous a remotivés : "avant le match, il y avait des espaces. Et il y en a encore". On l'a crû », rigole presque Maxime Balieux.
Bon, allez, on vous fait le résumé de la rencontre. A peine quinze minutes de jeu et Grougi, sur ce centre de Douillard, ouvre le score (15e). Vingt-deux minutes plus loin, alors que Schirrhein... domine (frappes de Ighli 22e et 28e), les Auvergnats doublent la mise quand, sur ce centre de Loriot, Pote place un coup de tête décroisé imparable (37e). Quant à Kettering, il s'interpose avec brio devant le même joueur (40e).
Et puis, tout d'un coup, on n'a plus rien compris. Schirrhein, au jeu léché, donne la leçon aux Clermontois, les domine d'une manière incroyable. Efface les cinq divisions d'écart comme on disperse de la poussière. Bonelli échoue sur Fabre (46e), Balieux rate d'un rien le cadre sur ce tir lointain (53e).
Et puis le gardien clermontois va commettre une « boulette » en oubliant de dégager la balle. Ighli le presse et sert en retrait Wagner qui marque dans le but vide (63e). Et puis, Hervé Sturm va procéder à un changement payant : à peine entré en jeu, Marty, sur ce centre de Ighli, ajuste une fantastique volée. Fabre va (re)visiter le fond de son but.
« C'est ma fierté, coupe Hervé Sturm. On a connu un moment de grâce. Et mon équipe s'est retrouvée seule sur la pelouse. »
Presque logiquement comme si le cours des choses était écrit, Raphaël Martzolff, sur ce coup franc de l'immense (1,68m) Ighli, place une nouvelle volée sous la barre transversale de Fabre (81e). Et comme si la fête devait se prolonger à l'infini, Roth, lancé en profondeur par Marty, ajoute un quatrième but (85e).

Cet exploit résonne
comme une récompense,
presque une évidence


Puis Schirrhein vacillera dans la folie douce. La même qui avait saisi les joueurs de Gardanne quand ils avaient éliminé Toulouse en 1960 (3-2), la même qui avait saisi ceux de Sanary qui avaient écarté Montpellier en 1982 (0-0, 7-6 aux tab), la même qui s'était emparée des mecs d'Evry après leur succès sur Toulon en 1986 (1-0). Comme eux, ces fous géniaux de ce coin d'Alsace du nord ont détesté la logique et ignoré les cinq divisions d'écart au coup d'envoi.
Dans ce club où on ne fait rien comme ailleurs, où les troisièmes mi-temps feraient presque rougir les rugbymen les plus aguerris et où l'argent a moins d'odeur que partout ailleurs, cet exploit résonne comme une récompense, presque une évidence.
Grâce à ses joueurs, Pierre Dillinger, le président, réalisera son rêve : croiser Miss France 2009, ce soir, lors du tirage des 1/16es de finale. Sacré cadeau !
« C'est magique, criera presque Kevin Sortelle. Nous sommes revenus de nulle part. » Désormais, Schirrhein ne sait plus jusqu'où il ira...


Jean-Christophe Pasqua



Paroles
- Julien BONELLI (Schirrhein) : « On s'était dit à la mi-temps que si on marquait rapidement, on pouvait encore passer. Je crois qu'on a fait le match de notre vie. C'est merveilleux, y a pas d'autre mot. »
- Mathieu GRANMASSON (Schirrhein) : « On avait vu en première mi-temps qu'on était capable de marquer. Malgré les deux buts qu'on prend, on pouvait faire jeu égal. Tout ce qu'il fallait, c'était mettre un but. C'est vraiment fantastique et incroyable. Là je ne vais pas dormir du week-end. Je ne me rends pas encore compte de ce qu'on vient de faire. C'est vraiment fou. C'est la preuve que dans le foot tout est possible. »
- Florian COURDAVAULT (Schirrhein) : « C'est incroyable. On a marqué quatre buts à une équipe de L 2 en 45 minutes. C'est fou.»
- Julien BERLING (Schirrhein) : « Après le premier but encaissé, on s'est libéré. Quand on a égalisé, c'est devenu fou. Et ça l'est resté. »
- Raphaël MARTZOLFF (Schirrhein) : « On a réussi à rivaliser avec eux. On prend deux buts en première mi-temps et là on s'est dit que tant qu'à faire, il fallait se faire plaisir. En deuxième période on est parvenu à se libérer. On a laissé la pression derrière nous après avoir réduit le score. Après l'égalisation je me suis dit qu'on ne pouvait plus perdre, le match avait basculé, plus rien ne pouvait nous arriver. Avec ce but, je me suis offert un beau cadeau d'anniversaire. »
- Les parents d'Hervé STURM : « On est descendu pour féliciter Hervé, mais là je crois que ça ne va pas être possible de le voir. A la mi-temps je n'y croyais plus trop mais Hervé a dû trouver les mots. On essayera de le joindre plus tard, là on va le laisser tranquille. »
- Saïd BENATIA (Clermont) : « On a trop reculé, trop voulu garder le score après la pause. C'est aussi ça la Coupe de France, mais on avait le match en main. C'est plus qu'une faute professionnelle. Prendre quatre buts en deuxième mi-temps, c'est scandaleux. Mais chapeau aux joueurs de Schirrhein pour ce qu'ils ont fait aujourd'hui. »
- Franck CHAUSSIDIÈRE (Clermont) : « On s'attendait à un match difficile. En début de deuxième mi-temps, on s'est dit que c'était bon, mais ils ont réussi à marquer sur une erreur de notre part, et ça leur a permis d'y croire. Ensuite, dans l'euphorie, chaque frappe cadrée de leur part finit au fond et à 3-2, on ne pouvait plus inverser la tendance ».
- Didier OLLÉ-NICOLLE (Clermont) : « C'est un scénario fou, je dis bravo à Schirrhein. Mais pour nous, seulement deux sentiments : la déception et la honte ».
- Pierre DILLINGER (Schirrhein) : « Ce qu'ils ont fait est exceptionnel. A la mi-temps, certains n'y croyaient plus, il a fallu leur dire que les autres n'étaient pas meilleurs, qu'ils feraient des fautes. Ce sont vraiment des joueurs de qualité, ils ont su une fois de plus montrer qu'ils forment une vraie équipe, avec un mental à toute épreuve ».


dna

On saura ce soir
TIRAGE CE SOIR. - A 19h30 ce soir, le FCE Schirrhein sera fixé. Le tirage au sort sera à suivre sur Eurosport. Il sera effectué par Chloé Mortaud, Miss France 2009, et par Teddy Riner, médaillé de bronze de judo des derniers Jeux Olympiques et récent champion du monde toutes catégories.
LA VISITE D'OLLÉ-NICOLLE. - Quinze minutes après le coup de sifflet final, Didier Ollé-Nicolle, l'entraîneur clermontois, est allé dans le vestiaire de Schirrhein et s'est adressé aux joueurs alsaciens.
« Vous pouvez imaginer notre déception, mais je tenais à vous féliciter pour votre match énorme. Grâce à vous, la Coupe de France est magique. Nous serons désormais vos premiers supporters. » Un geste fair-play applaudi par les joueurs de Hervé Sturm.
SAUNA POUR COURDAVAULT. - Avec 24 heures de retard, Florian Courdavault a rejoint ce matin des copains dans une station alpine.
« Si on perd, je skie. Si on gagne, je reste au sauna », racontait l'attaquant de Schirrhein avant le coup d'envoi. « Désormais, je sais ce que j'ai à faire », disait-il deux heures plus loin.
RETRAITE REPOUSSÉE ? - Malgré ses 36 ans, Arnaud Marty en avait quinze de moins au coup de sifflet final. « C'est un truc de fous que je vis avec ce club. Je n'avais jamais connu ça. Je crois que je vais repousser ma retraite prévue en fin de saison. »
SACS ÉGARÉS. - Le séjour en Alsace des Clermontois avait mal commencé. Ainsi, 7 sacs, contenant les équipements de joueurs, avaient été égarés à Paris vendredi. Ils n'ont rejoint Strasbourg que samedi à midi. La suite du périple a également été malheureuse...
LIHRMANN VOYANT. - A la mi-temps, Dominique Lihrmann, l'entraîneur des Colmariens tombeurs de Monaco en 2006, avait son idée : « C'est simple, ils vont revenir à 2 partout et s'imposer aux tirs au but. » Schirrhein a fait mieux...
Quant à José Guerra, qui avait emmené Schiltigheim en quart de finale en 2003, il savourait. « Ces Schirrheinois sont magnifiques et Hervé Sturm mérite de vivre de pareils moments. »
LE SMS DE DIOUF. - Parmi les nombreux messages de félicitations sur son téléphone portable, Pierre Dillinger a connu un nouveau frisson. « Pape Diouf, le président de l'OM, nous a félicités. C'est dingue ! »
PUBLIC. - Tous les joueurs de Schirrhein ont relevé la performance du public présent à Haguenau. « Ce que nous avons vécu, on lui doit en partie. »
TABLEAU NOIR. - Sur le tableau du vestiaire, Hervé Sturm avait écrit quelques lignes à l'attention de ses joueurs.
« Nous sommes une équipe. Nous n'avons pas peur, nous n'avons que du respect. Nous devons aller de l'avant, montrer de l'engagement. »


J.-C.P.


Paroles
- Bruno GROUGI (Clermont) : « On était à côté de nos pompes. A 2-0, on pensait avoir fait le plus dur et on a fait n'importe quoi. Ils nous ont mangés. Schirrhein était loin de son niveau de district et nous loin de notre niveau habituel. Félicitations à eux. »
- Guillaume ROTH (Schirrhein) : « C'est magique ! Comme je le disais avant le match, un 32e de finale, ça ne se joue pas, ça se gagne ! Et c'est fait, c'est incroyable ».
- Sylvain KETTERING (Schirrhein) : « Honnêtement, à 2-0 à la mi-temps, certains, et moi le premier, n'y croyaient plus. Mais on est rentré sur le terrain en se disant qu'on n'avait plus rien à perdre et au final on domine pendant 45 minutes. On tire deux fois, ça rentre deux fois. A partir de là, on ne pouvait plus perdre. »
- Saïd IGHLI (Schirrhein) : « Même si nous étions menés 2-0, j'y croyais encore. On vit un moment rare, magique. »
- Maxime BALIEUX (Schirrhein) : « J'ai du mal à réaliser que nous allons jouer un 16e de finale. C'est exceptionnel. »


Laurent Hickel (avec V.H., A.H. et J.-C.P.)
La fiche
SCHIRRHEIN 4
CLERMONT 2
Mi-temps : 0-2 - Pelouse gelée. 5500 spectateurs. Arbitres : M. Moreira assisté de MM. Yuksel et Grillot.
Buts : Grougi (15e') et Poté (37e') pour Clermont. Wagner (63e'), Marty (72e'), Martzolff (81e'), Roth (85e') pour Schirrhein.
Avertissements : Martzolff (65e') pour Schirrhein. Loriot (77e') pour Clermont.
SCHIRRHEIN : Kettering - Rischmann (cap.), Balieux, Martzolff, Berling (Hantz, 89e') - Roth, Sortelle, Bonelli, Wagner, Ighli - Granmasson (Marty, 70e'). Entr : Hervé Sturm.
CLERMONT : Fabre - Martin (Yatabaré, 84e'), Benatia, Mienniel, Abdoulaye - Murcy (Bru, 59e'), Grougi, Chaussidière (cap.), Loriot, Douillard (Najih, 84e') - Poté. Entr : Didier Ollé-Nicolle.

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Dim 4 Jan 2009 - 9:46

Football

Loin d'être fini
A 36 ans, Arnaud Marty n'imaginait jamais rejouer un jour un 32e de finale de Coupe de France, et encore moins le gagner. Quant à en être le buteur décisif et le passeur sur le but du k.o., là, ça relève carrément du rêve éveillé.
Comme une torture supplémentaire, Arnaud Marty a dû assister aux 45 premières minutes subies par les siens depuis le banc de touche, avec un sentiment mêlé d'impuissance et d'injustice.
« Etre sur le banc, c'est vraiment très difficile. J'essayais de replacer les coéquipiers, de les motiver. Après le premier but de Clermont, je me suis dit que ce n'était pas grave, au contraire ça nous a réveillé parce que le premier quart d'heure, on ne jouait pas. Mais après le deuxième but, je me suis vraiment dit que c'était mort ».

Sturm le gourou


Pas par défaitisme, mais simplement parce que le garçon, fort de son expérience, sait de quoi il retourne. Mais une fois de plus, Schirrhein avec le je-ne-sais-quoi qui flotte dans le vestiaire et qui unit tous les joueurs a inversé la tendance.
Hervé Sturm pourrait être gourou, tellement ses protégés donnent l'impression de boire ses paroles et de les appliquer immédiatement. Arnaud Marty explique la situation. « Heureusement, dans le vestiaire, à la mi-temps, on s'est dit qu'on n'avait plus rien à perdre, que quitte à en prendre quatre, il fallait tout donner ». Et on a vu le résultat...
Sur un plan plus personnel, l'humilité de l'attaquant de Schirrhein ne lui fera jamais avouer qu'il est le héros du jour, mais il sait que ce qu'il a fait, avec ses amis, est grand.
« Quand je suis rentré, de toute ma vie je n'ai jamais eu autant envie de me surpasser, je savais que j'allais faire un bordel. Et mon premier ballon, il est dedans. Je crois qu'il n'y a rien d'autre à ajouter », finit-il amusé.
L'oracle a encore tapé juste, puisque le ballon qu'il reçoit de Saïd Ighli, à la 72e, finit dans le but et permet aux Alsaciens de revenir à égalité. « A 2-2, on savait tous que c'était bon, qu'on ne pouvait plus perdre ». D'autant plus qu'à la 85e, c'est lui encore qui sert le caviar pour Guillaume Roth, plein de sang froid, pour le dernier but de Schirrhein et l'explosion de joie à venir.
Dans le vestiaire, juste après le coup de sifflet final, on sent qu'il s'est passé un truc, quelque chose d'inexplicable et que beaucoup ont du mal à réaliser. « Maintenant, on ne pense à rien. On va surtout bien manger, bien boire, et faire la fête ».

« On veut une
grosse équipe »


Lui qui pensait finir de jouer au football dans un petit club à l'esprit familial est conscient de l'aura qui dépasse désormais le simple club-house.
« Je suis arrivé dans ce club il y a maintenant deux saisons et ici, on n'a pas l'habitude perdre. La saison dernière, on a perdu seulement quatre matches et les Clermontois, honnêtement, je n'avais pas peur d'eux. On est tellement unis, solidaires. C'est incroyable, moi je pensais finir ma carrière tranquillement dans ce club, mais on ne perd jamais ! ». Et quitte à perdre, autant que le bourreau ait de la gueule.
« Evidemment, pour le prochain tour, on veut tous une grosse équipe de Ligue 1 comme Marseille, Lyon, ou Bordeaux ». Et d'ajouter, avec humour, « La Ligue 2, on a vu, c'est pas mal, mais bon...Faudra montrer plus pour nous sortir ! ».


Vincent Hahn
dna

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Dim 4 Jan 2009 - 9:47

Football
Rischmann et Marty : deux hommes dans le match

Capitaine flamme
Il était partout. Au four, au moulin, en défense, en attaque. Franck Rischmann a livré hier soir un match plein. De ceux qui vous propulsent en 16es de finale de la Coupe de France. Chapeau bas capitaine !
Ses yeux sont grands ouverts de peur d'en perdre une miette. Toute une carrière de joueur de football pour vivre ces rares instants de bonheur.
Le brassard fluo fièrement placé sur le bras, Franck Rischmann savoure. « C'est fou ! », lâche-t-il tout simplement. Les mots ont, en réalité, du mal à venir en ces moments de plénitude absolue. Puis, petit à petit, ses yeux ont repris leur brillance habituelle et le capitaine du FCE Schirrhein est parti rejoindre ses amis dans une joyeuse farandole. Comme un gamin.
Car à ce moment-là, elles étaient bien loin les heures de doute et d'incertitude. La Coupe de France devenait rêve et bonheur. A demi-privé de la rencontre face à Creutzwald en raison d'une vilaine blessure à la cheville, Franck Rischmann a vécu ce 32e de finale à fond. Du début à la fin. Il a été tout simplement l'un des artisans du succès. Et de l'exploit.

Le discours salvateur
d'Hervé Sturm


Franck Rischmann a sillonné son couloir gauche dans tous les sens. Son brassard fluo de capitaine en a fait des kilomètres... A la tombée des ballons, le numéro 2 du FCE Schirrhein les récupérait pour placer ses partenaires dans les meilleures dispositions.
Impérial défensivement, Franck Rischmann a livré également une bonne copie en attaque. Par ses centres, ses chevauchées, le soutien à ses attaquants. Bref, on l'aura compris, l'électricien bleu et blanc était sous le feu des projecteurs.
Tout ne fut pourtant pas si simple que cela. Quinze minutes de jeu et Clermont plante son premier but. Tous les Schirrheinois ont la tête basse. Franck Rischmann compris. A sept minutes de la mi-temps, voilà Mickaël Poté qui double la mise (0-2, 37e').
« Là, j'avais vraiment les nerfs, avoue-t-il. Clermont a trois occasions et marque deux buts. Pendant les cinq premières minutes de la rencontre, on était à leur niveau puis on s'est relâché et on en a pris deux. »
Dans le vestiaire, il a mis son rôle de capitaine en sommeil. Seul le coach a parlé. Des paroles importantes, lourdes de sens et salvatrices. « Franchement, je ne pensais pas que l'on pouvait arriver à remonter. Mais Hervé nous a encouragés et nous a dit que la victoire était possible. »

« On a montré que rien
n'est jamais fini »


Retour sur la pelouse. La tête haute et de l'envie plein le coeur. « C'est ça qui a fait la différence », analyse Franck après-coup. Celui qui voulait « gagner pour ceux qui ne jouaient pas ce match » a alors tout donné pour ne rien regretter. Quand Laurent Wagner marque le but du 1-2 (63e'), c'est le capitaine qui harangue la foule et sent l'exploit à portée de main. « Je savais que si on revenait à 2-1, tout était possible. »
Même pas besoin d'attendre un coup de pouce du destin pour forcer la décision. Schirrhein a pris ses responsabilités, a monopolisé le ballon, mis Clermont complètement sur le reculoir. Mieux, les bleu et blanc les ont étouffés. La preuve, Franck Rischmann est totalement disponible pour créer le surnombre aux avant-postes.
Puis Arnaud Marty fait des siennes (2-2, 72e'). « Il faut pas qu'on lâche », pensait le numéro 2 à cet instant-là. Et voilà Raphaël Martzolff qui y va de son petit but (3-2, 81e'). Imité quelques minutes plus tard par Guillaume Roth (4-2, 85e'). Et là, c'est la folie dans la tête de Franck Rischmann.
La belle aventure qui mettait Schirrhein sous les feux de la rampe va finalement se poursuivre. Cette parenthèse entre les matches de Creutzwald et Clermont où les joueurs se sont sentis « comme des pros » est donc loin d'être refermée.
« C'est fou ! répète Franck Rischmann. Je crois que Clermont est venu un peu à la légère. Nous, on a montré que rien n'est jamais fini. »
« Je m'en fous du prochain adversaire », rigole Franck Rischmann quelques minutes après le coup de sifflet final. Avant de préciser sa pensée : « Je préférerais Marseille quand même. »
Peu importe finalement. Franck Rischmann a prouvé qu'avec ses petites épaules, il était capable de déplacer des montagnes.


Amandine Hyver
dna

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Dim 4 Jan 2009 - 11:38

FC Sochaux : Rennes jette un froid
Le 04/01/09
Mickaël Pagis et les Rennais ont renvoyé les Sochaliens de la Coupe de France. Les Doubistes n’ont désormais plus qu’un seul challenge en 2009 : le maintien en Ligue 1. Photo Lionel Vadam

Le Rennais Moussa Sow, auteur du seul but d’un match bien terne, a éliminé hier soir le FCSM de la Coupe de France dès le stade des 32es de finale (0-1).

Au pays du « grand n’importe quoi », la Fédération française de football règne en maître absolu. Absolu, comme la bêtise suprême d’avoir programmé un 32e de finale de Coupe de France à 21 h… un 3 janvier ! Pour que les grands seigneurs de la télévision ne s’offusquent pas, la FFF a ainsi accepté de faire jouer au bout de la nuit ce match entre Sochaux et Rennes, en sachant pertinemment que l’affluence en tribunes se rapprocherait terriblement d’une rencontre de Division d’Honneur. Et ça n’a pas manqué : désert, Bonal ressemblait hier soir à un grand congélateur sans provisions. Pourtant, il fallait bien le jouer, ce 32e face aux Bretons. Cette soi-disant « affiche » de la journée.
Et les Sochaliens, malgré le maigre soutien populaire, entamaient plutôt bien leur année 2009. Malgré une alerte initiale signée Pagis dès la 5e minute, les hommes de Francis Gillot, privés de la moitié de l’effectif, soutenaient largement la comparaison avec des Rennais au grand complet. Seulement, le réveillon de mercredi soir n’a pas changé miraculeusement le profil, les forces et faiblesses de ce FCSM. Rappelons-les pour les amnésiques : manque d’efficacité offensive, et cruelle tendance à faire la « boulette » une seule fois, mais une fois de trop, derrière. Du coup, après quelques ratages de Santos ou Martin, Moussa Sow jetait un froid à la 42e !: suite à un centre de Pagis, le Rennais prenait le meilleur sur Gavanon et Perquis avant de placer une reprise de la tête victorieuse (0-1).
Ainsi menés à la marque, les « Jaune et Bleu » savaient qu’ils devraient puiser dans leurs réserves pour renverser la situation, surtout sur une pelouse qui n’en porte vraiment plus que le nom. Alors, les coéquipiers de Mevlut Erding tentaient de partir à l’abordage des cages de Douchez. Maladroitement, souvent, mais avec cette conviction qui ne s’est pratiquement jamais démentie depuis les trois coups de la saison.
Bien sûr, on n’assistait pas à un grand spectacle depuis les tribunes glaciales, ou au fond de son canapé bien moelleux. Mais Sochaux avait le mérite de ne pas lâcher le morceau. Si la transversale empêchait Sow de réussir le doublé (59e), Isabey, à la réception d’un excellent centre de Birsa (66e), ou Perquis puis Erding, au terme d’un cafouillage monstrueux dans la surface (80e), étaient à deux doigts d’arracher les prolongations. À deux doigts seulement… Car à chaque fois, la défense bretonne sauvait les meubles in extremis, obligeant l’équipe doubiste à se faire une raison : désormais, seul le championnat de Ligue 1 doit l’obséder jusqu’à la fin du mois de mai.



SOCHAUX 0RENNES 1
Le 04/01/09
À Sochaux, stade Bonal. Mi-temps : 0-1. Terrain : difficile. Temps : glacial. Eclairage : satisfaisant. 4546 spectateurs. Arbitre : M. Duhamel. But pour Rennes : Sow (42e).
Sochaux : J. Gavanon - J. Faty, Perquis, Afolabi (Tulasne 81e), Jokic — Isabey, Martin, Carlao (Birsa 46e), Boudebouz — Erding, Santos (Butin 73e). Ent. : Francis Gillot.
Rennes : Douchez — Fanni, Hansson, Mangane, Bocanegra — Sow (Eschiejile 81e), Lemoine, Cheyrou, Leroy (Danzé 71e) — Pagis — Briand. Ent. : Guy Lacombe
journal le pays

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Dim 4 Jan 2009 - 12:10

Marseille La peur de la récidive
Le 04/01/09
Victime d’une avalanche de forfaits, l’OM pourra toutefois compter sur Karim Ziani (au centre).

Éliminés par Carquefou la saison dernière, les joueurs de l’OM craignent de revivre un cauchemar identique ce soir.

« Aussi longtemps que je vivrai, je me souviendrai en permanence de ce match comme l’un des pires moments que j’ai connus ». Eric Gerets n’a pas oublié le dernier match de Coupe de France qu’il a dirigé, un certain Marseille – Carquefou (0-1).

Le syndrome Carquefou

Un huitième de finale cauchemardesque pour des Olympiens amorphes, un huitième de finale qui, même s’ils s’en défendent, sera certainement dans un coin de la tête des joueurs phocéens ce dimanche. Une soirée catastrophique, les hommes de Pape Diouf viennent d’ailleurs d’en vivre une autre lors de la dernière journée de championnat : humiliés 0-3 par des Nancéiens euphoriques, les joueurs de l’OM ont quittés le terrain sous la bronca d’un stade Vélodrome rouge de honte.
Les Marseillais vivent donc avec le souvenir de ces deux matches, avec les remontrances des dirigeants, la pression du public qui commence à gronder, une cinquième place indigne du début de saison du club… Les joueurs se savent donc attendus au tournant : une défaite ce soir à Besançon, et c’en serait fini de la sérénité qui règne encore sur les bords de la Méditerranée. Pour l’OM, il n’y a forcément rien à gagner face au BRC. Au contraire. Eric Gerets prend donc d’autant plus ce match au sérieux : « Je sais que c’est une équipe qui joue au ballon, qui a une vraie qualité de jeu. En plus Besançon possède des joueurs qui ont des facilités techniques. Je le répète, on est averti. On sait que ce sera difficile ». Marseille se méfie, mais Marseille a un doute : une défense perméable avec treize buts encaissés, dont près de la moitié sur des fautes directes des défenseurs.
Bien sûr, en contrepartie, les Marseillais proposent une attaque de feu avec 33 buts en Ligue 1 depuis le début de la saison. Mais sans Mamadou Niang (blessé) ni Hatem Ben Arfa (suspendu), les Phocéens seront déjà bien moins fringants face à Besançon. Ajoutez à ceci l’absence du capitaine Lorik Cana, celle de Boudewijn Zenden, et vous comprendre que l’OM jouera sans trois de ses principaux arguments.
Finalement, le véritable adversaire de l’OM sera donc Marseille, car dans un bon jour cette équipe peut battre n’importe qui. Reste à savoir si les coéquipiers de Karim Ziani auront la tête à la Coupe de France, ou aux quelques matches de championnats du mois de janvier qui seront bien plus décisifs pour la fin de saison du club…


Yann Butillon
journal l'alsace



Résultats

Ste-Geneviève (CFA) - Lille (L1) 0-3
Jeanne d’Arc le Port (DH) - Tours (L2) 1-7
Yzeure (CFA) - Le Mans (L1) 0-0 (4-5 tab)
Alfortville (CFA) - Le Havre (L1) 0-2
Schirrhein (D) - Clermont (L2) 4-2
Andrézieux (CFA) - Sedan (L2) 0-2
Raon-l’Etape (CFA) - Grenoble (L1) 0-0 (3-4 tab)
Port la Nouvelle (DH) - Rodez (Nat) 0-3
Vannes (L2) - Châteauroux (L2) 1-0
Bayonne (Nat) - Vitré AS (CFA) 0-2
Montpellier (L2) - Dunkerque (CFA) 0-1
Saint-Omer (DH) - Guingamp (L2) 1-3
Alençon (CFA2) - Lorient (L1) 2-2 (2-3 tab)
Grande Synthe (DH) - Calais (Nat) 1-1 (4-2 tab)
Louhans-Cuiseaux (Nat) - Troyes (L2) 0-1 ap
Brest (L2) - Croix-de-Savoie (Nat) 2-2 (5-4 tab)
Niort (L2) - Boulogne/Mer (L2) 1-2
Romorantin (CFA) - Nancy (L1) 0-0 (4-2 tab)
Concarneau (CFA2) - Lyon (L1) re.
Toulouse (L1) - Valenciennes (L1) 0-0 (5-4 tab)
Sochaux (L1) - Rennes (L1) 0-1
Ajaccio (L2) - Auxerre (L1) 1-1 (3-1 tab)
Arras (CFA2) - Nice (L1) 1-3 ap
Bordeaux (L1) - Saint-Etienne (L1) 0-1
Nantes (L1) - Caen (L1) 2-2 (3-5 tab)
Aujourd’hui
Evry (DH) - Créteil (Nat)
Villefranche (CFA) - Orly (DH)
Eclaron/Valcourt (DH) - Dijon (L2)
Blagnac (CFA2) - Monaco (L1)
Montluçon (CFA) - Paris SG (L1)
Besançon RC (CFA) - Marseille (L1)

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Dim 4 Jan 2009 - 12:31

Coupe de France La gloire pour Besançon ?
Le 04/01/09
Les footballeurs bisontins s’avanceront en rangs serrés ce soir, sur la pelouse du stade Léo-Lagrange. Face à eux, les Marseillais voudront en effet plier l’affaire rapidement.

Sur un terrain qui sera, au mieux, très dur, les Bisontins tenteront l’impossible exploit, ce soir (20 h 45), face à des Marseillais qui semblent avancer méfiants. Symbole, qui sait, d’un grand soir pour un BRC qui veut jouer sa chance à fond.

Et si l’exploit insensé de Schirrhein avait tracé la voie ? Avait donné, encore un peu plus, des idées à une formation bisontine impeccablement sereine tout au long de la semaine à l’entraînement. Le calme… ou le côté finalement paradoxale de ce grand rendez-vous. Jeune (23 ans de moyenne d’âge), le groupe doubiste n’a pas voulu s’affoler. « Les joueurs en ont parlé, bien sûr. Mais franchement, pas tant que ça » s’étonne même Sandy Guichard, l’entraîneur-adjoint.
La meilleure des choses pour aborder un rendez-vous où les Bisontins abandonneront, une fois n’est pas coutume, le costume de favori à leur adversaire. « C’est d’ailleurs un vrai plaisir. Jouer sans pression est quelque chose qui ne nous est plus arrivée depuis très longtemps. Jouer Marseille est un immense cadeau pour tout le monde » lâche Hervé Genet. À voir le sourire du coach bisontin, on comprend. On comprend que cet homme de cœur, qui connaît son club mieux que quiconque, sent que ses garçons réagissent parfaitement à l’événement.
Une aubaine pour Genet qui, si l’on excepte les absences déjà programmées de Vuillemot et Louhkiar, pourra compter sur un groupe assez étoffé. Avec, par ailleurs, une défense qui a désormais pris ses marques. La seule interrogation résidait sur l’animation du couloir gauche bisontin, finalement occupé par Nasser Hakkar. Pas de surprises donc pour un BRC qui cherchera à jouer, dans son habituel 4-4-2. « Les regarder serait la pire des erreurs. On a aucune pression de toute façon, les joueurs le savent. Je leur ai dit que tout ce que l’on allait faire serait de toute façon bien » ajoute coach Genet.

Tout ce qu’on fera sera bien

Alors il faudra certainement, dans un premier temps, savoir courber l’échine. Souffrir face à un onze marseillais qui se présentera, on le sait, avec un fort esprit de revanche. Mais voilà, on serait tenté de croire qu’en forçant l’OM à patienter sur une pelouse qui deviendra de plus en plus dure au fil des minutes, les Racingmen pourraient avoir la solution. La vista des Hamouma, Rangdet aurait, en effet, de quoi surprendre les grands gabarits de la défense phocéenne, guettée de près sur ce terrain difficile.
Méfiant, Erik Gerets ne veut pourtant pas entendre parler de cette excuse : « Gelée ? La pelouse le sera pour les deux équipes. Il n’y aura aucune excuse. Et puis, avec le froid, les joueurs se bougeront ». Cette farouche volonté de refaire surface côté olympien sera, évidemment, un handicap pour le BRC. Le souvenir Carquefou n’arrangera, par ailleurs, rien à l’affaire. Les différents forfaits marseillais, non plus. Touché avant la trêve, l’OM se présentera ce soir à Léo-Lagrange avec un effectif quand même diminué.
Plein à craquer (10 500 personnes) comme jamais depuis sa reconfiguration, Léo-Lagrange attend donc cet exploit. Cette nuit de folie, plus vécue à Besançon depuis huit longues années, époque d’un magique 32e de finale contre Lens (2-1). Dans un coin de leur tête, les supporters bisontins se disent que ce soir pourrait être le bon. Celui du BRC, en quête de ce fameux quart d’heure de gloire.


Maxime Chevrier
journal le pays

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Dim 4 Jan 2009 - 20:45

schirrheim-toulouse

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Dim 4 Jan 2009 - 21:08

16èmes de finale
Le tirage au sort
Alors que les 32èmes de finale ont débuté vendredi et s'achèveront ce soir avec Besançon-Marseille, le tirage au sort des 16èmes s'est tenu ce dimanche soir au siège d'Eurosport. Il a été effectué par Chloé Mortaud, 19 ans, élue il y a quelques semaines Miss France 2009, et Teddy Riner, 19 ans également, médaillé de bronze en judo dans la catégorie des plus de 100 kilos aux Jeux Olympiques de Pékin 2008 et sacré le dimanche 21 décembre dernier Champion du Monde toutes catégories à Levallois-Perret.

Concarneau (CFA 2) ou Lyon (L1) - Besançon (CFA) ou Marseille (L1)
Troyes (L2) - Rodez (National)
Dijon (L2) - Villefranche (CFA)
Dunkerque (CFA) - Lille (L1)
AC Ajaccio (L2) - Vannes (L2)
Monaco (L1) - Nice (L1)
Lorient (L1) - Tours (L2)
Rennes (L1) - St Etienne (L1)
Le Havre (L1) - Le Mans (L1)
Boulogne (L2) - Caen (L1)
Pont Roide Vermondans (DH) ou Ajaccio GFCO (CFA) - Paris SG (L1)
Guingamp (L2) - Brest (L2)
Grande Synthe (DH) - Grenoble (L1)
Vitré (CFA) - Créteil (National)
Romorantin (CFA) - Sedan (L2)
Schirrhein (District) - Toulouse (L1)
Matches les samedi 24 et dimanche 25 janvier
fff

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Lun 5 Jan 2009 - 11:45

Football
Football / Schirrhein recevra Toulouse en 16es de finale de la Coupe de France

Suspense sur canapé
Toulouse (Ligue 1) sera le prochain adversaire de Schirrhein qui hérite d'une très belle affiche dans sa superbe saga sportive et humaine. Hier, c'est dans le salon de leur président que les joueurs vainqueurs de Clermont ont suivi le long et stressant tirage au sort des 16es.
S'il restait encore un peu d'énergie chez les joueurs de Schirrhein après leur énorme match de samedi et la petite nuit qui a suivi, ils l'ont certainement perdu hier en début de soirée lors du tirage au sort des 16es de finale.
Car il leur a fallu patienter près d'une heure avant de pouvoir se libérer quand leur adversaire a été officialisé par le judoka Teddy Rinner : Toulouse, actuel 7e de Ligue 1, et difficile vainqueur de Valenciennes samedi aux tirs au but.

« Jamais le salon n'a
été aussi rempli »


Pour Raphaël Martzolff et ses coéquipiers, rendez-vous avait été donné dès 17h au domicile du président Pierre Dillinger, rue du Sable à Schirrhein où stationne un car-régie de la télévision.
« On avait du monde à Noël mais là, jamais le salon n'a été aussi rempli », s'amusait madame Dillinger, parfaite maîtresse de maison, aux petits soins pour ses invités.
Pendant que son époux atteignait Paris, ses joueurs prenaient place dans le salon et remplissaient le canapé pour un direct dans l'émission Stade 2 où, bien sûr, Lionel Chamoulaud expliquait « qu'il avait toujours cru en eux ».
Pour patienter jusqu'au tirage au sort, rien de tel que la fin du match PSG-Montluçon. A 19h30, retour dans le canapé, cap sur Eurosport et début du suspense.
La tension monte, l'attention aussi. A l'écran, Schirrhein apparaît en bas à droite sous la lettre « D ». Grande Synthe (DH) n'est pas loin.
Chloé Mortaud, Miss France 2009, et Teddy Rinner lancent alors le tirage au sort sous l'oeil avisé de Jean Djorkaeff, patron de la Commission centrale de la Coupe de France. Juste avant, Pierre Dillinger a eu le temps de parler brièvement de sa commune, de son club et de la fête des Bûcherons.

Les « Oh ! » et « Ouais ! »
succèdent aux « Nons ! »


Au fur et à mesure que les matches apparaissent, les « Oh ! » et « Ouais ! » succèdent aux « Non ! ». Surtout que Marseille et Lyon sont déjà apparus...
Chaque fois qu'une équipe de Ligue 1 est tirée, le canapé des Dillinger est en souffrance. Lille, Monaco, Nice, Lorient, Rennes, St.-Étienne, Caen, le PSG, le Havre et Le Mans passent mais ignorent Schirrhein.
« Allez Chloé ! », « Vas-y, Teddy, lâche-toi ! »... Rien à faire. La boule rouge contenant le nom de Schirrhein reste dans son bocal. Voilà Guingamp : « Ceux-là, on les veut pas ! » Ce sera Brest pour un joli derby. Et Grande Synthe ? « C'est où ça ? »

« Et si on était exempts ? »


Alors qu'il ne reste plus que deux matches à tirer, le doute s'installe. « Et si on était exempts ? » s'aventure un plaisantin qui fait se gondoler de rire le canapé présidentiel.
Match n°15 : Romorantin - Sedan. Explosion de joie : « Les gars, ce sera Toulouse ! Ouais ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! » Miss France prend la boule toulousaine, Teddy Riner la schirrheinoise.
La tension dégringole dans un salon surchauffé. En un claquement de doigts, le canapé perd ses occupants qui sortent prendre l'air ou saisir leurs téléphones portables.
Dans le couloir, le sapin de Noël est là pour rappeler qu'à Schirrhein, la période des cadeaux a duré un peu plus longtemps que prévu.


Christophe Schnepp
dna

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Lun 5 Jan 2009 - 12:03

« Toulouse, c'est le tirage rêvé ! »
De Schirrhein à Paris, en passant par Toulouse, florilège de réactions après ce tirage au sort des 16es de finale, où le « Téfécé » viendra défier les « Forestiers » dans moins de trois semaines.

Hervé Sturm

« C'est génial ! Tomber sur une Ligue 1, c'est ce que nous espérions, s'est réjoui l'entraîneur de Schirrhein. Avec Laurent Wagner, qui a fait le déplacement avec moi, on a commencé à avoir peur quand nous nous sommes aperçus qu'il ne restait qu'un club de l'élite. Le rêve continue... »

Pierre Schwinté


« Ils ont fait durer le suspense jusqu'au bout puisque nous sommes sortis en dernier, raconte le responsable sportif de Schirrhein. J'avoue que j'ai serré les fesses quand j'ai vu Grande-Synthe s'afficher, mais, heureusement, c'est Toulouse qui a été tiré pour nous. C'est juste magnifique, c'est le tirage rêvé. On pourra sortir en beauté de la compétition... si on est sorti. »

Pierre Dillinger


« Miss France 2009 et Toulouse le même jour, c'est fort, plaisante le président de Schirrhein. C'est même la totale. Je vais devoir monnayer la photo où je suis à côté d'elle... Pour nous, c'est un superbe tirage. On va tout faire pour jouer cette rencontre à Haguenau. »
« Si nous obtenons une dérogation permettant 7 500 à 8 000 spectateurs, nous irons là-bas. On va s'en occuper dès ce lundi avec la Ligue d'Alsace »

Franck Rischmann


« Évidemment on espérait tirer Lyon, Marseille ou Paris, sourit le capitaine de Schirrhein. Mais Toulouse, une Ligue 1, ça reste un super tirage. Le 4-2 contre Clermont a montré ce qu'on savait faire et qu'on ne monte jamais sur un terrain pour perdre car ce ne sont pas nos valeurs. »
« Pour l'instant, on va savourer cette semaine et ça va nous faire du bien, ajoute-t-il. On va un peu se relâcher, se remettre dans le bain, chercher des infos sur Toulouse et préparer ce 16e comme nous l'avons fait avant Clermont. »

Sylvain Kettering


« Quel soirée stressante !, s'amuse le gardien de Schirrhein. Jouer contre une Ligue 1, c'est un très bon tirage. Il est sûr que les Toulousains seront très méfiants... On va se renseigner sur cette équipe qui ne nous fait pas peur. Mais d'abord, on va encore profiter de cette victoire et de ce magnifique engouement. »

Mauro Cetto


« Schirrhein est une équipe qui a créé la surprise, indique le défenseur et capitaine de Toulouse. On doit être prêt à aller là-bas pour se qualifier. En étant sérieux et professionnel, il ne devrait pas y avoir de problème. »

Daniel Congré


« C'est un déplacement difficile, car c'est loin et les conditions climatiques seront sans doute aussi difficiles, estime le défenseur de Toulouse. Il faudra être sérieux et appliqué. On a vu qu'ils étaient capables de largement hausser leur niveau de jeu. Ils sortent d'un exploit face à Clermont. Ils vont encore recevoir et le stade sera tout acquis à leur cause. Si on joue à notre vrai niveau, on devrait passer ».


C.S., L.H. (avec l'AFP)

Football
Après Schirrhein - Clermont (4-2) / Coup de projecteur sur l'entraîneur du FCE

La tempête Sturm
Il est l'entraîneur d'une équipe de fous géniaux entrés dans la légende de la Coupe de France. Hervé Sturm, 32 ans, est tout sauf un bavard, fuit même la lumière à la première occasion. Qui est-t-il, d'où vient-il ? Le miracle Sturm existe-t-il ?
Il y a un truc énervant au FCE Schirrhein-Schirrhoffen (il fallait bien en trouver un), c'est que lorsque vous allez parler à l'un de ses joueurs, un nom revient sans cesse : Sturm.
« Sturm m'a relancé », disent certains. « Sturm m'a redonné confiance », rétorquent les autres. « Sturm m'a cherché alors que j'étais au fond du trou », relancent d'autres. « Sturm m'a fait progresser », claquent les derniers. Sturm, Sturm et Sturm. Il n'y en a que pour lui.

Élu avant même de
se présenter à une élection


Faut l'avouer honteusement, c'est mérité même si le déluge d'éloges irrite. Élu avant même de se présenter à une élection, celui-là.
Donc, en bref, Hervé Sturm, puisque c'est de lui dont on parle, est né le 16 avril 1976 à Bischwiller. Il a joué au FR Haguenau, à Kilstett, au FCSK 06, à Marienthal, à Kaltenhouse avant de filer à Schirrhein en 1999.
« La passion du foot, je l'ai depuis tout gosse quand je jouais dans le jardin. J'ai eu la chance d'avoir des parents (Frédéric et Marie-Jeanne) qui ont compris que ça faisait partie de ma vie. Pour Claude, mon frère cadet, et moi, ils n'ont pas hésité à multiplier les kilomètres partout où on allait. C'est une chance d'avoir des parents comme ça. »
Il sera marqué par trois entraîneurs qui jalonneront son parcours : René Sadler, Gilbert Essig et Johny Roecklin. « Je m'inspire beaucoup d'eux. »

« Le foot, c'est surtout
un jeu d'émotions »


Il a l'amour du beau jeu « parce qu'il faut chercher à se faire plaisir sur un terrain », et le sens de la reconnaissance. « Il faut savoir mouiller son maillot pour les gens qui viennent nous supporter et nos dirigeants qui sont dans l'ombre. Le foot, c'est surtout un jeu d'émotions. »
Samedi, au coup de sifflet final, il dit avoir connu le plus beau moment de sa carrière. « J'ai regardé le tableau d'affichage. J'ai vu que le score 4-2 y était inscrit. Pendant quelques secondes, je me suis demandé si le 4 était pour nous, sourit Hervé Sturm. Mes joueurs m'ont surpris. Épaté, même. C'est indescriptible. Ma plus grande fierté, c'est d'avoir donné un peu de bonheur à plein de gens. »
Professeur d'EPS de profession, il dit croire en certaines valeurs. Des valeurs sûrement désuètes aujourd'hui, mais qui ont un sens certain pour lui. « Le travail, l'exigence et le plaisir, martèle-t-il d'un ton posé. Et c'est d'abord le plaisir qui me fait avancer. Après, quand tu bosses, t'es forcément récompensé. »
Quand on lui parle de miracle Sturm, il sourit encore. « Je lis ce qu'on écrit sur moi, mais je ne fais pas de commentaires. Tout ce que je sais, c'est que je ne fais rien de surnaturel et que tout ce que je fais, je ne le fais pas seul. »

« Mon objectif, ce n'est pas
d'entraîner le plus haut
possible, mais d'emmener
Schirrhein le plus haut possible »


On en oublierait presque qu'il a son DEF (même promotion que Laurent Blanc et Alain Boghossian) depuis quatre ans, un diplôme qui lui permettrait d'entraîner des pros, mais il sourit encore.
« Je me sens bien à Schirrhein. Mon objectif, ce n'est pas d'entraîner le plus haut possible, mais d'emmener Schirrhein le plus haut possible. »
Tout est dans la nuance chez lui. « C'est un formidable pédagogue, dit Pierre Dillinger, son président. Il était venu comme joueur. Quand je l'ai nommé entraîneur alors qu'il n'avait que 26 ans, certains pensaient qu'il était trop jeune. Mais je savais que j'avais fait le bon choix. Le meilleur choix même. Je suis heureux pour lui. »
Le meilleur choix, c'est donc un pédagogue hors pair, un éducateur plus qu'un entraîneur, un perfectionniste incroyable à ce niveau. « Ses joueurs sont capables de changer de tactique en une fraction de seconde au cours d'un match », reprend Pierre Dillinger.
De son côté, Hervé Sturm dit « avoir des joueurs intelligents, à l'écoute de ce que je leur demande », et sait reconnaître ses erreurs.
« Quand je fais des choix ou que je tente des paris sur un match et que mon équipe perd, j'en assume la responsabilité si les joueurs ont respecté mes consignes. A Schirrhein, j'ai la chance de travailler sans pression, de pouvoir lancer des jeunes joueurs, d'avoir des gens à qui me confier comme Pierre Schwinté. »
En quelques saisons, le FCES a tout connu : une montée historique en DH, une victoire en Coupe du Crédit Mutuel, une finale historique en Coupe d'Alsace et, maintenant, le plus beau truc qui soit.
« Ce que nous vivons est inimaginable. Mais je sais que c'est éphémère. Alors, il faut en profiter, savourer chaque instant, mais rester les pieds sur terre et ne pas se prendre pour ce que nous ne sommes pas. Nous restons des footballeurs amateurs d'une division départementale. »
Mais, surtout au regard de la manière dont les Schirrheinois ont dominé les Clermontois (ils étaient menés 0-2 à la pause), on doit s'interdire de parler de hasard. Le matin du match, alors que ses joueurs se préparaient tranquillement, Hervé Sturm était devant son écran de télévision.
« J'ai à nouveau visionné toutes les cassettes que j'avais sur Clermont. Je voulais voir une dernière fois si quelque chose d'important ou un détail m'avait échappé », s'excuse-t-il presque.

« Même si je savoure
le présent, je dois
penser au futur »


Lui qui s'est lancé dans la carrière d'entraîneur par passion - « j'aime tous les sports par ma profession » -, conversera quelques heures plus tard avec Guy Roux, par le biais d'une radio nationale. « Ça aussi, c'était inimaginable. »
A la mi-temps du match, tous les joueurs vous le diront, c'est lui qui a trouvé les mots pour remotiver tout le monde. « Il nous a dit qu'on pouvait encore gagner, que nous aurions des espaces. Et on l'a crû », disait juste après la rencontre Maxime Balieux, défenseur central.
Hervé Sturm sait que la suite des choses va être difficile à gérer. « Ce dimanche (hier), malgré les sollicitations, je vais prendre une heure pour réfléchir à l'organisation des semaines qui vont précéder le prochain tour. Même si je savoure le présent, je dois penser au futur. C'est le job d'un entraîneur. »
Il aura à peine eu le temps de saluer Céline, son épouse, celle qui le fait s'échapper de son monde tout foot. « Elle n'aime pas ce sport, assiste exceptionnellement aux matches et c'est une chance pour moi, rigole Hervé Sturm. Quand je rentre à la maison, elle me parle d'autres choses et ça m'ouvre l'esprit. »
Toujours avec le sourire, il dit avoir la chance « d'habiter à une bonne trentaine de kilomètres du stade de Schirrhein. » Ça évite les tentations, paraît-il.

Il n'avoue qu'un seul
défaut...


Calme, pédagogue, éducateur et tout et tout. Voilà donc Hervé Sturm, 32 ans, enfin reconnu à sa juste valeur grâce à la plus magique des compétitions. En fait, il n'avoue qu'un seul défaut (ouf !) : il lui arrive d'être superstitieux.
« Depuis notre premier match de Coupe de France, j'ai dans la poche de ma veste la photo de mes deux enfants : Malo (deux ans depuis hier) et Merlin. Durant la rencontre, je passe ma main sur elle. Ça me calme et, visiblement, ça me porte chance. »
Demain, il va retrouver ses collègues de travail. Tranquillement. « Le lundi va apaiser les choses. » Pour une fois, il n'est pas convaincant. Comme quoi !


Jean-Christophe Pasqua

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Lun 5 Jan 2009 - 12:04

Football
Schirrhein - Clermont (4-2) / L'après-match dans la nuit de samedi à dimanche

Rien que du bonheur
L'histoire retiendra que Schirrhein aura fêté deux fois la nouvelle année en 2009. Le réveillon de la Saint-Sylvestre avait été organisé par le FCE Schirrhein-Schirroffen. Le réveillon de l'après-Clermont a été fêté par ses joueurs dans la nuit de samedi à dimanche. Et ce n'était pas triste.
Deux heures après le coup de sifflet final, qui les a vus vaincre Clermont (4-2) à Haguenau, les joueurs schirrheinois ont rejoint leur club-house chéri, escortés par plusieurs centaines de supporters.
Là les attendait Yolande Epting, l'autre maman de tous les joueurs, celle qui leur lave les maillots et les chasubles, leur prépare les repas (copieux et en sauce s.v.p.) d'après entraînements d'ordinaire.

C'était menu unique :
champagne ou bière
ou champagne et bière


Samedi soir, c'était menu unique : champagne ou bière, ou champagne et bière (350 litres au bas mot) selon les goûts. Là, on a crié, on a dansé, on s'est embrassés et, comme d'habitude, on a lâché encore quelques larmes. Le président, Pierre Dillinger, a réussi (une prouesse !) à faire un petit discours.
« Vous avez fait une deuxième période phénoménale. Ce que vous avez réussi est inimaginable. Il faut savourer ce moment. Mais je ne vous demande qu'une chose : restez modestes. »
Difficile de ne pas l'être quand on s'entraîne la plupart du temps sur un terrain stabilisé qui ressemble plus à un champ de patates qu'à un terrain de football.
Mathieu Granmasson, lui, est malade au sens premier du terme. « A la troisième bière, il a calé. Et ça, ça veut tout dire », rigole Pierre Schwinté, le responsable sportif du club.
Pendant que le concert de klaxons durera jusqu'à deux heures du matin dans cette tranquille bourgade de 2 000 habitants, les joueurs et leurs épouses ou compagnes, les dirigeants et leurs épouses ou compagnes et d'autres sont ensuite allés manger au restaurant « A l'Étoile », là où quelques passionnés, donc un peu fous comme eux, avaient créé le club en 1922.
Tout un symbole quand on sait que l'établissement est tenu par la nièce d'Oscar Heisserer, le plus grand des footballeurs d'Alsace de tous les temps, le Schirrheinois le plus célèbre jusqu'à ce 3 janvier.

Après le soleil d'Austerlitz,
le soleil de Haguenau


« Pour tous les gens d'ici, le soleil le plus reconnu était celui d'Austerlitz avec Napoléon. Désormais, ce sera celui de Haguenau avec Rischmann », lâche un Pierre Dillinger, décidément euphorique, définitivement conquis par le Parc des Sports et ses rayons de bonheur. A ses côtés, Alain Gieck, le président du FRH, qui a épaulé le petit club voisin pour l'organisation de la rencontre, a les yeux qui brillent encore.
Pas en veine de bons mots, Pierre Dillinger confiera un peu plus tard dans la soirée. « A ma première cigarette allumée, Clermont marque. A la deuxième, on encaisse le deuxième but. Là, je me suis dit : si tu continues, on va en encaisser dix. Donc, j'ai arrêté de fumer. Voilà le résultat, rigole-t-il. Plus sérieusement, ce que nous avons vécu est juste fou. Mais tout peut arriver quand t'as un entraîneur comme Hervé Sturm. » On ne va surtout pas lui donner tort.
Alors que les tartes flambées et les pizzas trouvent vite preneurs, Julien Berling, défenseur sur le côté gauche du FCES, y va de sa déclaration.

Julien Berling plus fort
que Raymond Domenech


« J'ai demandé Hélène, ma compagne, en mariage. J'avais prévu de le faire lors d'un prochain voyage à Paris, mais l'exploit a accéléré les choses, s'exclame-t-il avant d'ajouter sur le même ton enjoué. « Et puis, c'est un peu plus classe que Raymond Domenech qui demande Estelle Denis en mariage le soir de l'élimination de l'Euro 2008 ! » Encore une fois, on ne va pas donner tort aux gens de Schirrhein.
Pendant que Florian Courdavault filme tout ça, pendant que Sylvain Kettering le « Chat », Raphaël Martzolff et Arnaud Marty n'en finissent plus de refaire le match. « Le Chat ? Il n'a rien eu à faire sinon d'aller chercher deux fois le ballon au fond de son but. Après, il fait une parade pour être pris en photo », se moque-t-on (très) gentiment même.
Quant à Kevin Sortelle et Michaël Hantz, ils devisent tranquillement, panachés en main, sur le statut précaire depuis samedi de joueur professionnel. « Vivre du foot, c'est quand même le top », conclut le premier, passé par le centre de formation du Racing.
Franck Rischmann, le capitaine, est sage sauf quand il s'agit d'intercepter les amer-bières qui ne lui sont pas destinés. Un défenseur dans l'âme !

« Dire que le meneur
de la bande est
chef d'entreprise »


Vers 1h du matin, huit personnes aux couleurs du club, joues peintes en bleu et blanc, pénètrent dans le restaurant à la queue leu leu. Le rouge de leur teint n'est pas qu'en rapport avec la température extérieure (-9°). Les cornes de brume sont de sortie et... assourdissantes.
« Et dire que le meneur de la bande est chef d'entreprise dans la vie de tous les jours. Il joue en vétérans et c'est aussi l'un des sponsors du club », lance, rigolard, mais un brin inquiet, Pierre Dillinger derrière ses fines lunettes.
Pendant ce temps-là, Hervé Sturm, qui savoure tout ça tranquillement, a été recruté par les vétérans du club pour assurer les entraînements. « Je n'avais pas le choix », dira-t-il un peu plus tard.
Vers 2h du matin, certains, les dirigeants bien sûr dont Pierre Dillinger, Pierre Dolt et Pierre Schwinté sont allés se coucher « pour se faire beaux avant de voir Miss France 2009 » lors du tirage au sort. Les autres, pas mal de joueurs et leurs épouses ou compagnes, sont allés en boîte de nuit terminer ce deuxième réveillon en beauté.
Quant à Florian Courdavault, attaquant de passion, il est parti hier matin au ski pour... ne pas skier. « Il y a moins de risques que je me casse une jambe en allant au sauna. »
La nuit est enfin tombée sur Schirrhein. Le prochain jour va durer trois semaines...


Jean-Christophe Pasqua
dna
Repères

Sur Alsatic TV

Alsatic TV revient sur la qualification de Schirrhein dès ce lundi avec deux émissions spéciales.
- Top sports : Les coulisses du match : Mathieu et Mélanie Chanvillard ont suivi Schirrhein samedi (réunion d'avant-match, repas sportif, concentration, échauffement, explosion de joie de la victoire et fête d'après-match). Ce lundi à 18h15 (rediffusion à 19h45, 21h45, 23h45 et le mardi matin)
- La Quotidienne : De 19h10 à 19h30, avec les images de la victoire et des invités : joueurs, dirigeants et supporters. Rediffusions à 20h55 et 22h55
Alsatic TV est diffusé dans toute l'Alsace, sur la TNT (n°20) et sur le câble (Numéricâble n°11, sauf à Strasbourg n°14) et Vialis Colmar (n°78)


Dernière édition par fcm le Lun 5 Jan 2009 - 12:17, édité 1 fois

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Lun 5 Jan 2009 - 12:09

LE PROCHAIN ADVERSAIRE

Toulouse sur le fil
Toulouse (L1) s'est qualifié au bout du suspense pour les 16es de finale de la Coupe de France en battant Valenciennes 5-4 aux tirs au but (0-0 a.p.) samedi soir.
Un arrêt de Carrasso face au dernier tireur nordiste, Audel, a ainsi récompensé la nette domination du TFC.
TOULOUSE 0
VALENCIENNES 0 (5-4 t.a.b.)
A Toulouse (Stadium). Terrain : bon Temps : frais. Eclairage : bon. Spectateurs : 4 646. Arbitre : M. Malige
Avertissements : Toulouse : Cetto (44e) ; Valenciennes : Ducourtioux (27e)
Tirs aux buts : Toulouse : Réussis : Ebondo, Cetto, Capoue, Gignac, Paulo Cesar ; Valenciennes : Réussis : Schmitz, Sanchez, Lacourt, Khiter ; Raté : Audel
TOULOUSE : Carrasso - Ebondo, Cetto (cap.), Congré, Mathieu - Capoue - Braaten (Paulo César 84e), Sirieix (Bonnet 71e), Sissoko, Bergougnoux (Pentecôte 98e) - Gignac. Entraîneur : Alain Casanova
VALENCIENNES : Penneteau - Traoré, Schmitz (cap.), Bisevac, Ducourtioux (Abardonado 76e) - Lacourt, Sanchez, Pujol - Da Rocha, Darcheville (Khiter 74e), Danic (Audel 63e). Entraîneur : Antoine Kambouaré



dna

Football

Les 16es de finale
Concarneau (CFA2) ou Lyon (L1) - Marseille (L1)
Troyes (L2) - Rodez (Nat)
Dijon (L2) - Villefranche-sur-Saône (CFA)
Dunkerque (CFA) - Lille (L1)
AC Ajaccio (L2) - Vannes (L2)
Monaco (L1) - Nice (L1)
Lorient (L1) - Tours (L2)
Rennes (L1) - St-Étienne (L1)
Le Havre (L1) - Le Mans (L1)
Boulogne (L2) - Caen (L1)
Pont de Roide (DH) ou Ajaccio (CFA) - Paris SG (L1)
Guingamp (L2) - Brest (L2)
Grande-Synthe (DH) - Grenoble (L1)
Vitré AS (CFA) - Créteil (Nat)
Romorantin (CFA) - Sedan (L2)
Schirrhein (D) - Toulouse (L1)
Les matches se joueront les 24 ou 25 janvier. Le match Pont de Roide - Ajaccio doit se disputer le 11 janvier. La FFF doit décider ce lundi de la date du report du match Concarneau-Lyon.



Six clubs de L1 au tapis
Schirrhein est bel et bien le héros des 32es de finale de la Coupe de France, alors que que six clubs de Ligue 1 ont été éliminés ce week-end.
Nantes, battu chez lui par Caen (2-2 a.p., 3-5 t.a.b.) et Valenciennes, vaincu à Toulouse (0-0 a.p., 5-4 t.a.b.), n'ont pas à rougir d'avoir cédé contre des clubs de leur niveau, comme Bordeaux et Sochaux, battus à domicile par Saint-Etienne (0-1) et Rennes (0-1), respectivement. Mais Auxerre et surtout Nancy ont été victimes du syndrome Coupe de France : les petits battent les gros.
L'AJA s'est inclinée aux tirs au but à l'AC Ajaccio (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.) et Nancy a subi la loi de Romorantin (CFA), qui avait déjà brillé en Coupe de France en battant Rennes au même stade de la compétition en 2007 (3-1 a.p.). Le SO Romorantin était alors en National. Les Solognots se sont aussi imposés aux tirs au but (0-0 a.p., 4-2 t.a.b.), la fameuse «loterie» d'après prolongation ayant conclu neuf des 30 matches disputés ce week-end !

Grande-Synthe,
l'autre Petit Poucet


Deux matches n'ont pu se jouer à cause du froid, Concarneau (CFA2)-Lyon (L1), et Pont de Roide-Vermondans (DH)-GFCO Ajaccio (CFA), reporté au 11 janvier (la FFF décide lundi de la date du match de l'OL).
S'il s'impose logiquement, l'OL retrouverait en 16e de finale l'Olympique de Marseille, qui l'a déjà éliminé deux fois ces trois dernières années en Coupe de France, 2-1 à Gerland en 2006 (quarts de finale) et 2-1 au Vélodrome en 2007 (1/8e).
Hier, Monaco, le Paris SG et Marseille ont rejoint le contingent des clubs de l'élite. L'ASM et le PSG se sont tous les deux imposés 1 à 0, respectivement contre Blagnac (CFA2) et Montluçon (CFA). Et Marseille a eu besoin des tirs au but (5-4, 1-1 à l'issue de la prolongation) pour venir à bout de Besançon (CFA).
D'autres surprises ont fait respecter la tradition. Montpellier, troisième de L2, a été battu sur son terrain par un club de CFA, Dunkerque (0-1), et Calais (Nat.), personnage de la Geste de la Coupe de France (finaliste en 2000) s'est fait surprendre par Grande-Synthe (DH, 6e div.), 1-1, 4-2 t.a.b., club de la banlieue de... Dunkerque.
Le dernier représentant de l'Outre-Mer, Jeanne d'Arc le Port (Réunion/DH), a volé en éclat à Tours (1-7).


Les 32es de finale
Ste-Geneviève-Bois (CFA) - Lille (L1)0-3
Jeanne d'Arc le Port (DH) - Tours (L2)1-7
Yzeure (CFA) - Le Mans (L1)0-0 (ap, 4-5 tab)
Alfortville (CFA) - Le Havre (L1)0-2
Schirrhein (Exc) - Clermont (L2)4-2
Andrézieux Bouthéon (CFA) - Sedan (L2)0-2
Raon-l'Etape (CFA) - Grenoble (L1)0-0 (ap 3-4 tab)
Port La Nouvelle (DH) - Rodez (N)0-3
Vannes (L2) - Châteauroux (L2)1-0
Bayonne (N) - Vitré (CFA)0-2
Montpellier (L2) - Dunkerque (CFA)0-1
Saint-Omer (DH) - Guingamp (L2)1-3
Alençon (CFA2) - Lorient (L1)2-2 (ap 2-3 tab)
Grande Synthe (DH) - Calais (N)1-1 (ap 4-2 tab)
Louhans-Cuiseaux (Nat) - Troyes (L2)0-1 ap
Brest (L2) - Croix-de-Savoie (N)2-2 (ap 5-4 tab)
Niort (L2) - Boulogne (L2)1-2 ap
Concarneau (CFA2) - Lyon (L1)remis
Sochaux (L1) - Rennes (L1)0-1
Bordeaux (L1) - Saint-Etienne (L1)0-1
Romorantin (CFA) - Nancy (L1)0-0 (ap 4-2 tab)
Toulouse (L1) - Valenciennes (L1)0-0 (ap 5-4 tab)
Ajaccio (L2) - Auxerre (L1)1-1 (ap 3-1 tab)
Arras (CFA2) - Nice (L1)1-3 ap
Nantes (L1) - Caen (L1)2-2 ap (3-5 tab)
Pont de Roide (DH) - GFCO Ajaccio (CFA)remis
Evry (DH) - Créteil (N)0-5
Villefranche (CFA) - Orly (DH)2-1
Eclaron Valcourt (DH) - Dijon (L2)0-5
Blagnac (CFA2) - Monaco (L1)0-1
Montluçon (CFA) - Paris SG (L1)0-1
Besançon (CFA) - Marseille (L1)1-1 (ap 4-5 tab)


Toulouse connaît l'Alsace
L'Alsace n'est pas une destination inconnue pour Toulouse qui y a joué récemment en Coupe de France. Avec des fortunes diverses.
Le 15 février 2003, en 8e de finale, le Toulouse FC (Ligue 2) affronte le Sporting Schiltigheim (CFA 2) au stade de l'Aar.
Devant 5 010 spectateurs, les Schilikois mènent 1-0 à la mi-temps (Ayvaz) puis rajoutent deux buts (Weber, Lemarchand) et se qualifient pour les quarts de finale.
Le 8 janvier 2005, revoilà les Toulousains en 32es de finale contre Gambsheim (Excellence) devant 2865 spectateurs.
Les Bas-Rhinois sont menés 1-0 à la pause (Arribagé) puis encaissent deux autres buts (Emana, Taïder).
Le Toulouse FC occupe actuellement le 7e rang de Ligue 1 à mi-saison, alors qu'il avait sauvé de justesse sa place parmi l'élite au printemps dernier.


dna

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Mar 6 Jan 2009 - 10:57

Football
Football / Schirrhein en 16es de finale de la Coupe de France

« Haguenau, à 99 % »
Au lendemain du week-end de folie vécu par le FC Schirrhein, l'énergie de ses dirigeants s'est immédiatement portée sur l'organisation du 16e de finale contre Toulouse. Sans surprise, c'est au Parc des sports de Haguenau qu'ils veulent retourner.
« A 99 %, le match se jouera à Haguenau. Très probablement le samedi 24 janvier dans l'après-midi, à 15h30 ou 16h. » Hier en fin d'après-midi, le président schirrheinois Pierre Dillinger avait déjà bien avancé dans l'implantation du match contre Toulouse.
Le choix du Parc des sports s'est fait tout naturellement. Les 5 500 spectateurs présents au match de samedi ayant réussi à transformer ce vaste espace en véritable petit chaudron.

«Sur la pelouse de
Haguenau, on a bien plus
de chances qu'à la Meinau»


L'option n°2, le stade de la Meinau, a vite été balayée. Jouer là-bas, c'est quasiment accepter de perdre. Surtout avec six divisions d'écart et sachant que Toulouse a plus souvent évolué sur les bords du Krimmeri que Schirrhein...
« On va faire le maximum pour retourner au Parc des sports », avaient souhaité en choeur dirigeants et joueurs de Schirrhein distant d'à peine dix kilomètres de Haguenau.
Car samedi, Arnaud Marty et ses coéquipiers avaient vraiment l'impression de jouer à domicile. Un atout non négligeable dans leur conquête du volcan clermontois.
« L'objectif, c'est de mettre tous les atouts de notre côté, poursuit Pierre Dillinger. Sur la pelouse de Haguenau, on a bien plus de chances qu'au stade de la Meinau qui est bien trop grand pour nous. »
« Accueillir Schirrhein dans notre parc des sports, c'était fantastique, se réjouit Alain Gieck, le président de Haguenau. Le stade a sonné moins creux qu'à l'accoutumée. Dans le tunnel et au bord de la touche, on sentait qu'il se passait quelque chose de magique. »
« Personnellement, j'ai vibré pour Schirrhein, j'ai porté leur écharpe, j'étais bleu et blanc jusque tard dans la nuit, ajoute-t-il. Nous sommes évidemment prêts à les accueillir pour le tour suivant face à Toulouse. On peut facilement faire venir 1000 à 1500 spectateurs de plus dans notre stade sans souci de sécurité. On fera appel à des sociétés extérieures ou aux stadiers du Racing club de Strasbourg qui connaissent leur métier. »

«Sur ce match, avec
le FRH, on a eu une
relation très fraternelle»


Accueil et circulation du public seront à nouveau les données essentielles. Mais même si le FRH et Schirrhein ont travaillé main dans la main, le dernier mot reviendra à la commission de sécurité.
« Sur ce match, avec le FRH, on a eu une relation très fraternelle, se félicite Pierre Dillinger. Ils nous ont facilité le maximum de choses. On a réappris à se connaître et c'était grandiose. Aujourd'hui, notre souci, c'est d'essayer de faire plaisir au maximum de personnes. A celles qui nous ont soutenues contre Clermont et aux autres. »
« Mieux vaut jouer à Haguenau dans un stade plein avec une ambiance terrible qu'à la Meinau dans une enceinte à moitié vide, reprend Alain Gieck. Toulouse n'a pas le même pedigree que l'OM, le PSG, Lyon ou Saint-Etienne. Schirrhein a peu d'argent en caisse, ce serait dommage de le claquer sur un match. A la Meinau, vous n'êtes plus maître de la situation.»
« Par ailleurs, une équipe de Ligue 1 sera beaucoup plus à l'aise à la Meinau qu'à Haguenau où, malgré la piste d'athlétisme, les spectateurs se trouvent à dix mètres du terrain, conclut-il. Chez nous, la protection des joueurs pros demeure assurée. Il n'y a aucune raison pour que la commission départementale de sécurité ne valide pas notre dossier. Dans deux ou trois jours, c'est réglé. »
6 000 ? 7 000 ? 8 000 ? La capacité (et donc le nombre de billets disponibles) sera assez vite fixée. Ce 24 janvier, au-delà de l'enceinte du Parc des sports, Schirrhein pourra être sûr que toute l'Alsace sera à ses côtés.


Christophe Schnepp

Football
Pour ou contre jouer au stade de la Meinau ?

Entre joie et amertume
Schiltigheim et Ostwald sont les dernières équipes de football amateur à avoir foulé la pelouse de la Meinau en Coupe de France. Battues toutes les deux mais pas dans les mêmes circonstances.
Le 15 mars 2003, devant 25 106 spectateurs, le Sporting Schiltigheim (CFA 2) est battu d'une courte tête par Rennes (L1) 2-1. L'organisation du match a été parfaite et a mobilisé 120 bénévoles issus du club schilikois.
«On avait eu quelques facilités pour avoir le stade de la Meinau, se souvient Jean-Marie Kromer, trésorier du Sporting. Un accord avait été trouvé entre la Ville de Strasbourg, le Racing et nous. On n'a pas perdu d'argent sur cette affaire. Cela exigeait 20 000 spectateurs et un sérieux dispositif mis en place. »
« L'organisation de la billetterie pour ce match, c'était quelque chose, se souvient Roland Schrotz, l'un des piliers de l'organisation de ce Sporting-Rennes. Le mardi précédent, tout avait été vendu. Guidés par MM. Colin et Cayen, on a fait tout nous-mêmes : contrôle, encadrement, sécurité, buvettes. »
« Je suis un peu partagé, reconnaît José Guerra, entraîneur du Sporting. Avoir joué à la Meinau, dans un stade plein, est bien sûr un souvenir merveilleux. Mais il reste la déception d'avoir perdu. A Schiltigheim, ce match contre Rennes, on ne le perd pas, j'en suis persuadé. »
« Pour Schirrhein, fouler la pelouse de la Meinau serait une formidable récompense, avec un souvenir impérissable à la clé, poursuit-il. Mais l'incertitude pèse sur le nombre de spectateurs que ce club est susceptible d'attirer dans les tribunes. Mieux vaut jouer devant 7 000 fans à Haguenau que devant 10 000 supporters à la Meinau. »
« On peut d'ailleurs comprendre l'envie de Schirrhein de rejouer à Haguenau, là où l'exploit a été réalisé, termine-t-il. D'un strict point de vue sportif, le Parc des sports d'Haguenau est le meilleur choix. On va me traiter de fou, mais Schirrhein doit y croire. Qui aurait parié quoi que ce soit, samedi à la mi-temps du match contre Clermont ?»

Ostwald : un bilan
très partagé


Deux ans après, Ostwald n'a toujours pas tranché. Le huitième tour de la coupe de France, disputé le 16 décembre 2006 à la Meinau, a laissé, selon les acteurs interrogés, une impression plus ou moins bonne.
Malgré la lourde défaite encaissée face au Racing club de Strasbourg (6-0) ou la faible affluence enregistrée (5236 spectateurs), les joueurs gardent un souvenir impérissable de leur expérience sur le plus prestigieux des stades alsaciens. «Quand la rencontre a démarré, on était encore un peu émerveillés, se rappelle Philippe Michel, capitaine d'Ostwald ce jour-là. On était plus rêveurs qu'acteurs. D'où ces trois buts encaissés en dix minutes! Au départ, on voulait jouer sur un plus petit terrain pour limiter les risques de se faire "manger". Mais le cahier des charges était trop lourd pour nous.» Et d'ajouter: «La déception, c'est qu'après les échanges de maillots, on n'a plus vu les joueurs du Racing. Par contre, dans les vestiaires, la piscine avait été remplie et on en a bien profité...»
«Les joueurs en rêvent encore, se félicite pour sa part le président Marc Hollinger. Le Racing nous a retiré une belle épine du pied en organisant la rencontre. Nous avons simplement participé aux frais de sécurité, notamment en ce qui concerne l'utilisation des caméras de surveillance.»
A en croire le trésorier Dany Birgel, l'opération n'aurait pas été aussi juteuse. «On s'est bien fait avoir, regrette-t-il. Tous les frais ont été divisés par deux et on a dû débourser 7000 euros. On nous a même compté les merguez.» Et de dénoncer le comportement des joueurs du Racing: «Ils ne sont pas venus nous voir après le match. En fait, nous avons été exclus de tout. C'était une catastrophe complète. A un moment, il y a même un responsable du Racing qui est venu nous voir pour nous dire: dans cinq minutes, on ferme!»

Malaisé: «Allez à la Meinau!»


Patrick Malaisé, l'entraîneur de l'époque passé à l'AS Gerstheim, s'est prononcé, dès le départ, contre une rencontre à la Meinau. «On jouait dans le jardin du Racing, dans un environnement très défavorable, se souvient-il. Je voulais qu'on aille disputer cette partie à Schiltigheim. Je craignais que mes joueurs soient perdus sur le terrain. C'est ce qui s'est passé.»
Surprise, le technicien donne malgré tout ce conseil à Schirrhein: «Allez à la Meinau! C'est un autre monde, un stade mythique pour les Alsaciens, cela n'arrive qu'une fois dans une carrière de footballeur amateur. S'il choisit la Meinau, ce club est sûr de rentrer avec une belle recette et des souvenirs plein la tête. Face à Toulouse, il n'a aucune chance. La question est de savoir où il faut terminer...»
Voir aussi en page Sports 2


C.S. et A.P.
dna

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Mar 6 Jan 2009 - 12:23

USPV Ajaccio samedi!
Le 06/01/09
Les Rudipontains et leur gardien de but, Jérôme Hégelé, tenteront d’atteindre leur rêve en dominant le Gazélec Ajaccio samedi après-midi.

Le 32e de finale entre Pont-de-Roide et le Gazélec Ajaccio, reporté avant-hier à cause de la pelouse gelée, a vécu un nouveau rebondissement hier après-midi : la FFF a appelé le club rudipontain pour lui faire comprendre « gentiment » que la rencontre devrait se disputer samedi, et non dimanche comme prévu. La raison : si la météo est encore mauvaise, il sera toujours possible d’essayer de rejouer ce match le lendemain, donc dimanche. Au final, notez-le donc bien sur vos agendas : USPV - Ajaccio débutera ce samedi 10 janvier à 13 h 45, et sera à suivre en direct sur www.lepays.fr. Rappelons que le vainqueur recevra le Paris Saint-Germain en 16e de finale.
Pour assurer la bonne tenue de la partie, les bénévoles de l’USPV ont déposé plusieurs bâches sur la partie gelée dès hier. Enfin, sur le plan sportif, Philippe Djakoni et ses hommes disputeront un match amical ce soir (19 h aux Pouges) face une équipe mixte du FC Sochaux (CFA + 18 ans).
journal le pays

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Mar 6 Jan 2009 - 12:27

BRC Ce n’est que le début…
Le 06/01/09
Yohann Rangdet vient d’échouer dans son tir au but.

Héroïques avant-hier face à Marseille, les footballeurs de Besançon doivent rapidement évacuer la déception pour se concentrer sur l’accession en National, vitale pour leur club.

Inconsolable. La tête enfouie au creux des mains, les larmes gelées sur le visage, Yohann Rangdet a bien du mal à refaire surface. Lui qui tient l’attaque du BRC à bout de bras depuis plusieurs années, qui a provoqué le but contre son camp de Ronald Zubar, vient en effet de rater son penalty, le seul de la série à ne pas fracasser les filets. Mandanda a bien anticipé. Et précipité l’élimination, cruelle, des Bisontins. « On aurait presque préféré perdre 3-0, lâche alors, dépité, Rangdet. Là, on est passés tellement près qu’on se dit : tout ça pour rien. Ça va être dur, particulièrement pour moi. J’ai un peu tout le poids de l’élimination sur les épaules. Je n’en avais pas raté un depuis que je suis arrivé à Besançon, et il a fallu que je manque le plus beau.… ». Ne tombons pas dans la fausse compassion : oui, c’est vrai, une qualification de Besançon aurait pu faire entrer le club dans une autre dimension, surtout avec un 16e de finale qui se serait profilé face à l’Olympique Lyonnais. Mais une fois la déception digérée, le club bisontin pourra s’en persuader : la réplique, solide et inspirée, donnée à l’Olympique de Marseille doit marquer le début d’une grande histoire.

Une lutte intense avec Montceau-les-Mines

« Ça s’est joué sur un coup de dés, mais ça restera une belle aventure pour le BRC, positive déjà le président du club, Vincent Diaz. Tout le monde y a cru, on commençait même à rêver à l’Olympique Lyonnais derrière… Je suis fier du comportement de mes joueurs, du match qu’ils ont fait. Il n’y a pas eu de mauvais geste. Maintenant, il faut revenir sur terre, penser au championnat et à l’objectif qui est le nôtre, c’est-à-dire l’accession en National ». Depuis plusieurs saisons, en effet, le BRC meurt à un souffle de la montée. Et voit la porte de l’ascenseur se refermer juste devant son nez. Calais il y a deux ans, Croix-de-Savoie la saison dernière ont empêché le club bisontin, aux structures pourtant solides, de retrouver un niveau plus conforme à son standing. L’exercice 2008-2009 permettra-t-il enfin aux coéquipiers de Mathieu Gégout de franchir l’obstacle ? Hervé Genet, le coach, y croyait fermement hier au moment de payer le champagne, malgré tout, à ses gaillards : « Le plus important, c’est que ce match a représenté une grande campagne de pub pour notre club, pour Besançon. On est un vieux club, mais on veut revivre ces belles années au niveau professionnel. J’espère qu’on y arrivera ».
Pour le moment, en championnat, seul Montceau-les-Mines, avec ses trois longueurs d’avance, semble en mesure de contrarier les ambitions du BRC. Mais notre petit doigt nous dit qu’en reproduisant des prestations identiques à celles de dimanche soir, Besançon pourrait bien, cette année, aller enfin au bout de ses idées.

sebastien.daucourt alsapresse.com


Sébastien Daucourt

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Mer 7 Jan 2009 - 11:14

Football
Football / Coupe de France (16es de finale), le 24 janvier

Schirrhein crève l'écran
Le compte à rebours a commencé pour Schirrhein. Les premières étapes de l'organisation du match contre Toulouse ont été franchies : on jouera bien le samedi 24 janvier à 15h à Haguenau. Très probablement devant les caméras d'Eurosport.
REPRISE. - Les joueurs de Schirrhein se retrouveront ce dimanche 11 janvier à 10h sur le terrain synthétique d'Oberhoffen-sur-Moder où ils avaient déjà préparé le match contre Clermont.
TÉLÉ. - Ce n'est pas encore tout à fait officiel mais la rencontre sera retransmise en direct sur l'antenne d'Eurosport. En fait, dès que le résultat de Concarneau - Lyon sera connu, France Télévision et Eurosport se partageront les matches qu'ils veulent diffuser.
Dans L'Équipe d'hier, Patrick Goddet, le directeur d'Eurosport, a dit: «On fera le Petit Poucet, Schirrhein, quoi qu'il arrive». On ne peut pas être plus clair.

Stage en Allemagne et
match amical au
CS Mars Bischheim


STAGE. - Du vendredi 16 en fin d'après-midi au dimanche 18 janvier, Hervé Sturm emmènera ses troupes en Allemagne, à Edenkoben, une station de cure climatique du Palatinat située à 10 km au nord de Landau pour un petit stage.
MATCH AMICAL. - Le dimanche 18 janvier, dans l'après-midi, le CS Mars Bischheim (DH) disputera un match amical contre les Schirrheinois. L'opposition aura lieu sur le terrain synthétique du stade Mars.
RETOUR AU COLLÈGE. - Hervé Sturm, l'entraîneur des Forestiers, a retrouvé son travail hier matin au collège Albert-Camus de Soufflenheim.
«L'accueil a été chaleureux, raconte-t-il. Les collègues m'avaient préparé une affiche, le CDI avait affiché les journaux et il y a eu des ''Allez Schirrhein!'' et des applaudissements. C'était chouette!»
LE PRÉSIDENT CHEZ RUQUIER. - Lundi après-midi, Pierre Dillinger est passé sur les ondes d'Europe 1 lors de l'émission de Laurent Ruquier. Seul souci, l'horaire de l'appel...
« L'émission étant retransmise en différé, j'ai été appelé à 7 heures du matin. Ça, on avait oublié de me le préciser, raconte tout sourire le président du FCES. Étant rentré trois heures plus tôt du tirage au sort effectué à Paris, j'étais un peu fatigué. »
CAPACITÉ. - Jouer au Parc des sports est un fait acquis mais devant combien de spectateurs ? En début de saison, le FR Haguenau avait officialisé la capacité de son stade et donné le chiffre de 6 000. Un chiffre que la FFF n'autorise pas à modifier. A moins que Schirrhein (qui espère 9 000 supporters) se montre persuasif...
«La commission enlève toujours 10 % de la capacité pour des raison de sécurité, explique André Hahn, le Monsieur Coupe de la LAFA. On va d'abord essayer de regagner ces 10 %.»
CHEZ NICO. - Dans l'émotion, presque sûrement, nous avions indiqué que le restaurant «A l'Étoile» à Schirrhein était tenu par un membre de la famille du regretté Oscar Heisserer («Chez Colette» à Schirrhoffen).
En fait, c'est Nico, ancien Chef à Matignon sous l'ère Mitterand, et son épouse, qui sont propriétaires de l'établissement, lieu de création du FCE Schirrhein-Schirrhoffen en 1922. Et les premiers supporters du club local. Il fallait que ce soit dit...
PUNIS (encore). - La punition se poursuit à Clermont. Lundi matin, les joueurs ont à nouveau été convoqués à 7h30 pour un footing d'une heure quinze par -8°. Les joueurs ont ensuite préparé et pris le petit déjeuner ensemble avant deux heures de musculation...

Ça bouillonne
à Clermont


FORUM. - Le site Internet de Clermont Foot a bouillonné après la défaite des Auvergnats. Morceaux choisis: «Le cirque est de retour avec ses merveilleux artistes. Prochaine représentation vendredi à Bastia.» «Si t'es fier d'être Clermontois, tape dans tes mains! Ben quoi, pourquoi personne ne tape?».
Ou encore: «Bon, il faut quand même relativiser, Schirrhein est 2e de son championnat. Il n'y avait donc pas tout à fait cinq divisions d'écart!» «Bravo à vous, joueurs amateurs! Enfin, ce soir, qui étaient les amateurs?» «C'est fait, je viens de cramer ma carte d'abonnement!»


C.S., A.P. et J.-C.P.
dna

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Jeu 8 Jan 2009 - 8:44

Football
Schirrhein en 16es de finale de la Coupe de France

En mode V.I.P
De la SIG au Conseil régional en passant par l'Étoile Noire et Eurosport, on se les arrache ! Les yeux rivés sur la réception de Toulouse, dont ils veulent faire une grande fête, les Schirrheinois s'apprêtent à accueillir la commission départementale de sécurité, demain au Parc des Sports de Haguenau.
COMMISSION DE SECURITE. - La commission départementale de sécurité passera demain du côté du Parc des sports de Haguenau, avant de transmettre ses conclusions à la Fédération française de football (FFF). Le président de Schirrhein Pierre Dillinger, qui souhaite augmenter les capacités d'accueil du stade pour la réception de Toulouse le 24 janvier, accorde une importance toute particulière à ce rendez-vous.
« On ne peut pas s'occuper de la billetterie tant qu'on ne sait pas à quoi s'en tenir, précise-t-il. On va savoir si ce 16e de finale sera un copié-collé du match contre Clermont en termes d'organisation. » A Schirrhein, où l'on voit désormais les choses en grand, personne ne le souhaite.
RÉCEPTION. - Avant d'être reçus par le Conseil régional et la Ligue d'Alsace de football, les Schirrheinois auront une fin de semaine chargée. Samedi, ils seront présents à l'Iceberg de Strasbourg pour donner le coup d'envoi d'Étoile Noire - Neuilly/Marne (17h30) avant de filer au Rhenus Sport pour donner celui de SIG - Gravelines (20h).
HISTORIQUE. - L'année où Schirrhein crève l'écran est aussi celle de tous les records pour la Coupe de France puisque 7 246 équipes étaient au départ de l'épreuve. La barre des 7000 a été franchie : on en comptait 6 734 la saison dernière, 6 096 en l'an 2 000 et... 48 en 1 918.
GÉNÉROSITÉ TOULOUSAINE. - La recette d'une rencontre de Coupe de France est, une fois les frais d'arbitrage et autres frais annexes défalqués, partagés entre la fédération française (20%), le club recevant (40%) et le club visiteur (40%).
Les dirigeants toulousains, qui ont pris contact avec Pierre Dillinger hier, ont déjà fait savoir qu'ils abandonnaient leur part du gâteau au petit club alsacien. Un premier exemple de générosité.
FORUM. - La saga schirrheinoise ne laisse pas insensibles les supporters toulousains. A ce titre, leur site internet est évocateur. Loin de s'affoler à l'idée de se déplacer au Havre ce week-end (seulement 4% pronostiquent une défaite du TFC), les fans sont en revanche bien plus partagés en ce qui concerne l'expédition qui les attend du côté de Haguenau le 24 janvier. Les méfiants sont à peu près aussi nombreux que les fanfarons.
Extraits : « Allez le TFC, on met une fessée à Schirrhein et on remet les points sur les "i". » « Ça va, faut arrêter... Si on ne gagne pas 8-0 contre des pâtissiers, il faut jeter les clés du club dans la Garonne ! » « Je pense que ce match sera dur. Restons tranquilles et préparons-nous comme pour une rencontre de Ligue 1. »
Ou encore : « Il ne faut sous-estimer personne. Etre professionnel, c'est faire preuve de respect pour l'adversaire. Si on peut en mettre huit au fond, il ne faut pas s'en priver. » « Ce serait un honneur pour eux de perdre contre nous. Un petit 6-1 ? » « Si on perd, on entre dans l'histoire... »


C.S., A.P. et J.-C.P.
dna

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Jeu 8 Jan 2009 - 9:07

Coupe de France La dernière chance de Bertrand Klinguer
Le 08/01/09
Visage incontournable de l’US Pont-de-Roide/Vermondans, Bertrand Klinguer ne pense plus qu’à une seule chose : se qualifier pour défier le PSG en 16e de finale.

L’emblématique milieu de terrain rudipontain sait que cette année constitue sans doute l’ultime opportunité de s'offrir un affrontement mythique en Coupe de France. Raison de plus pour passer l'obstacle du Gazélec Ajaccio samedi...

À 32 ans, il a tout connu à Pont-de-Roide. Ou presque. La fusion avec Vermondans, les victoires en Coupe de Franche-Comté junior et senior et le titre de champion de Division Honneur autorisant la montée en CFA 2, Bertrand Klinguer a tout vécu. Pour ceux qui l’auraient oublié, il a pourtant délaissé la tunique rudipontaine à une seule reprise, pour aller enfiler celle de l’ASMB deux saisons durant. Au plus mauvais moment : durant ce court exil, l'USPV atteignait en effet le 7e tour de la Coupe de France et s'offrait une sortie en grandes pompes face au FC Sochaux, alors pensionnaire de Division 2 (défaite 3-2).

Le souvenir de Baume-les-Dames

Alors forcément, le 32e de finale programmé dimanche face au Gazélec d’Ajaccio revêt une importance toute particulière pour Bertrand Klinguer. « J'ai fait douze années d'équipe première et j’envisage de jouer encore jouer deux saisons à bon niveau. Alors, ça m’étonnerait que pareille occasion se représente ». Pareille occasion, c’est le bonheur ou la chance, appelez ça comme vous voulez, d’affronter une grosse écurie professionnelle. Car le milieu rudipontain ne le cache pas : le tirage au sort des 32es de finale a d’abord suscité plus de déception que d'enthousiasme chez les « Jaune et Vert ».
Sans faire injure aux Corses, affronter l'OM ou le PSG aurait eu beaucoup plus de gueule. Or, dimanche soir, le sort a réservé… le Paris Saint-Germain en cas de qualification dimanche !
L'USPV a sa chance d’atteindre ce rêve, c'est certain. Actuels 8e du groupe B de CFA, les Corses n'ont rien d’un Everest insurmontable. Premiers éléments d’information récoltés sur l'adversaire : deux attaquants costauds, une certaine habileté sur coups de pied arrêtés (« domaine dans lequel on a péché au tour précédent ») mais aussi une arrière-garde un peu lourde.
« À l’extérieur en championnat, ils ont aussi plus de mal. Et l'état de la pelouse peut encore plus niveler les valeurs » souligne Klinguer. « De toute façon, il faudra qu'on soit comme des morts de faim sur le terrain. S'ils voient notre envie, ils sauront que ce sera difficile pour eux ». La fatigue du déplacement et la froideur du Doubs, Klinguer ne compte pas trop là-dessus. Pour les Ajacciens, avaler les bornes et jouer à basse température n'est pas non plus une nouveauté...
Les hommes de Philippe Djakoni devront simplement, facile à écrire, desserrer un frein à main si facile à tirer quand l’enjeu est de taille. « Car la motivation, c’est évident, nous l’aurons ». Un 16e de finale historique est à portée de mains. Et Bertrand Klinguer de rappeler l’aventure de son ex-coéquipier rudipontain Christophe Gros avec Baume en 2000 : « Au 8e tour, ils avaient joué une DH, avant de se qualifier aux penalties contre une équipe de National en 32e de finale. Après, ils avaient joué le PSG à Bonal ». Tiens, tiens, quelle coïncidence...


David Roussey
journal le pays

fcm
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 3506
Date d'inscription : 03/10/2007

Feuille de personnage
Points aux pronos:
0/1  (0/1)
Clubs préfèrés: fcm,asse,bayern munich
Joueurs préfèrés: david rinçon,cuca,ribéry,ljuboja,franck sauzée,platini

Re: Coupe de France

Message par fcm le Ven 9 Jan 2009 - 8:21

Football
Football / 16es de finale de la Coupe de France

«On refait les stocks!»
C'est dimanche matin que les joueurs de Schirrhein vont se retrouver pour le premier entraînement précédant leur 16e de finale contre Toulouse. Prochaine échéance : la visite de la commission de sécurité ce matin au Parc des sports de Haguenau.
TÉLÉ. - Schirrhein - Toulouse sera diffusé en direct à la fois sur Eurosport et sur France 3. Le coup d'envoi reste fixé à 15h.
Au total, huit rencontres des 16es de finale seront télévisées du vendredi 23 (Dunkerque - Lille) au dimanche 25 (Monaco - Nice).

Contre les Marsiens
à Oberhoffen


MATCH AMICAL. - Schirrhein jouera bel et bien un match amical contre le CS Mars Bischheim le dimanche 18 janvier mais l'endroit de la rencontre a été changé.
Le match se jouera à 16h30 sur le terrain synthétique d'Oberhoffen-sur-Moder où les Forestiers avaient pris leurs quartiers lors de la préparation du 32e de finale.
« On a voulu faire un geste pour les remercier d'avoir mis leurs installations à notre disposition, explique l'entraîneur Hervé Sturm. Il y aura une affluence et ça leur fera une bonne buvette ! »
COMMISSION. - Ce matin à 11h, l'instant sera important avec la visite de la commission départementale de sécurité (préfecture, pompiers, Ville de Haguenau...) au Parc des sports.
« Le tour des installations sera fait afin de savoir si la capacité d'accueil du public peut être augmentée ou va devoir rester la même », résume André Hahn, premier vice-président de la LAFA et membre de la Commission centrale de la Coupe de France.
Dans l'après-midi, ce dernier enverra son rapport à la Fédération française qui tranchera. C'est là qu'on connaîtra le nombre de billets qui seront édités pour la rencontre.
BILLETS. - Les places seront chères pour ce 16e de finale... Première décision : chaque joueur de l'équipe sera prioritaire pour recevoir cinq billets dans la tribune centrale du Parc des sports.
AMBIANCE. - Le club de Schirrhein a commandé la bagatelle de 500 mini-fanions collector, qu'il vendra dans la perspective du match face à Toulouse. Plus de 1 000 écharpes et bonnets sont également en voie de confection. « On refait les stocks! », fait remarquer le président Pierre Dillinger. Pour que la fête soit encore plus belle...
JACKPOT. - Comme au tour précédent face à Creutzwald, Steve Heit avait choisi de parier sur son équipe, à l'occasion de la réception de Clermont. Sûr du potentiel de Schirrhein, le joueur a empoché 1600 euros, pour une mise initiale de 100 euros, grâce à la qualification des siens. Prendra-t-il un nouveau risque face à Toulouse ?
PACTOLE. - 82 500 euros. C'est la somme empochée par le club de Schirrhein depuis le début de sa folle aventure en Coupe de France, soit l'équivalent de son budget annuel.
VU DE LA-HAUT. - En Haute-Savoie, à 1850 m, Florian Courdavault coule des jours paisibles dans la station de ski des Rosières... « J'ai rejoint des potes pour une semaine de neige, raconte-t-il. A force d'aller au sauna, je vais être le plus affûté de tous mes coéquipiers ! Et comme on porte des écharpes de Schirrhein, on a été abordés par des gens de la station venus nous féliciter. Là, j'avoue que je suis pressé de rentrer... »
INVITATION. - L'équipe et le staff technique des « Forestiers » ont été dores et déjà invités par la FFF à la finale de la Coupe de France le 9 mai au Stade de France.
GRANMASSON. - Mathieu Granmasson va mieux ! Diminué par une grippe carabinée, le boute en train de Schirrhein avait fini la soirée festive de samedi dernier à la limite de la rupture.
« Dimanche, pour le tirage au sort, je suis resté chez moi, raconte-t-il. Dès que je me levais, ma tête tournait ! Je n'ai pas pu rejoindre mes coéquipiers chez le président alors que je n'avais que 50 m à faire... Mardi, au boulot, je n'ai quasiment rien fait pendant les deux premières heures. Je n'ai pas arrêté de parler et de montrer les photos de cette fabuleuse journée. »


Avec Oberhoffen
Ce dimanche, sur le terrain synthétique, c'est aussi la reprise de l'entraînement des seniors I du FC Oberhoffen/Moder...
« Il n'y a pas de problèmes, on va laisser le terrain à Schirrhein, sourit l'entraîneur François Pinto dont l'équipe évolue en D2. Nous on va aller courir, faire un réveil musculaire. »
« C'est vraiment de bon coeur qu'on aide Schirrhein », confirme la présidente Sonia Ledogar.
Les deux clubs sont très proches et travaillent main dans la main à l'image de leur entente chez les moins de 18 ans.
L'an dernier déjà, à la même époque, Schirrhein avait diposé du synthétique du FCO/M pour sa reprise.
« On se dit qu'on apporte une petite contribution à leur réussite », plaisante François Pinto.
A noter que le 18 janvier à 14h, en lever de rideau de Schirrhein-Mars Bischheim, son équipe affrontera Soultz/Forêts (D1).


dna
avatar
jean-mi
Ballon d'Or
Ballon d'Or

Nombre de messages : 835
Age : 55
Localisation : colmar
Date d'inscription : 09/07/2008

Re: Coupe de France

Message par jean-mi le Ven 9 Jan 2009 - 17:52

us pont-de-roide jouera bien chez eux et non pas a Vesoul comme la fff l'avait demander (voir sujet sur le site l'alsace.fr)

Contenu sponsorisé

Re: Coupe de France

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 22 Oct 2017 - 4:33